C’est la thématique de notre campagne de sensibilisation provinciale qui commencera le 5 octobre prochain et qui se terminera par la 17ème Semaine Québécoise du traumatisme craniocérébral (15 au 21 octobre).

Nous avons voulu illustrer notre propos pour démontrer que le TCC arrive brusquement dans des vies et qu’il les change durablement.
Des accidents du quotidien, qui peuvent sembler anodins, mènent parfois à un TCC.
C’est difficile, il faut s’habituer à un nouveau soi (les proches aussi), mais la vie n’est pas terminée pour autant. Elle continue grâce à la volonté de vivre encore de belles choses avec son entourage et aux associations qui œuvrent au quotidien pour que la vie soit plus douce.